Évolution du chômage au Maroc

Une visualisation de l’évolution du chômage au Maroc par Région depuis 1999. Passer la souris sur une région pour connaître son taux de chômage.

Publié dans Non classé | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Dani Rodrik – « Aider » les dictateurs

Dani Rodrik dans Saif Kadhafi et Moi

Le dilemme que posent les conseillers des régimes autoritaires est équivalent au vieux problème de philosophie morale appelé dilemme « des mains sales. » Un terroriste détient plusieurs personnes en otage, et il vous demande de fournir de l’eau et de la nourriture pour eux. Vous pouvez opter pour la position purement moraliste et dire : « je ne traiterai jamais avec un terroriste. » Mais vous manqueriez une opportunité d’aider les otages. La plupart des philosophes moralistes diraient qu’aider les otages est la chose à faire dans ces circonstances, même si cela revient aussi à aider le terroriste.

Opter pour le bien du plus grand nombre ne nous absout pas d’une culpabilité morale. Nos mains se salissent effectivement lorsque nous aidons un terroriste ou un dictateur. Une notion que le philosophe Michael Walzer exprime bien : « Il est facile de se salir les mains en politique. » Ce à quoi il ajoute immédiatement que se salir les mains de cette manière est cependant souvent « la bonne chose à faire. »

Publié dans Citation | Mots-clefs : , , , , | Commentaires fermés

Dani Rodrik on « Helping » dictators

Dani Rodrik in Saif el Qaddafi and Me

The conundrum that advisers to authoritarian regimes face is akin to a long-standing problem in moral philosophy known as the dilemma of “dirty hands.” A terrorist is holding several people hostage, and he asks you to deliver water and food to them. You may choose the moral high ground and say, “I will never deal with a terrorist.” But you will have passed up an opportunity to assist the hostages. Most moral philosophers would say that helping the hostages is the right thing to do in this instance, even if doing so also helps the terrorist.

But choosing an action for the greater good does not absolve us from moral culpability. Our hands do become dirty when we help a terrorist or a dictator. The philosopher Michael Walzer puts it well: “It is easy to get one’s hands dirty in politics.” He immediately adds, however, that this getting one’s hands dirty in this way is “often the right thing to do.”

Publié dans Citation | Mots-clefs : , , , | Commentaires fermés

+ La société ouverte et ses nouveaux ennemis

Médiapart vient de publier une enquête sur une dérogation spéciale de l’Elysée pour qu’un certain nombre d’étudiants juifs puisse passer le concours des Grandes Ecoles d’ingénieur le soir.
Cette dérogation concerne une dizaine d’étudiants  pratiquants et voulant célébrer la Pâcques juive (Pessah).
Médiapart souligne plusieurs points :
- Aucune organisation juive n’a demandé cette dérogation, elle semble être seulement pour un obligé
- Les jours concernés ne sont pas comptés dans les jours religieux en France et ne sont même pas fériés en Israel.
- Le moment politiqe est stupide (c’est un euphémisme) au milieu d’un ridicule débat sur la laïcité, et une loi discriminant, dans un jargon juridique, une infime partie de la population : les femmes avec le niqab, burqa et les superhéros : Batman, Spiderman, Iron Man et Captain America. (Wonder woman ne cachant pas grand chose :) )

Cette enquête, si elle s’avère vraie, me rend perplexe. Soit c’est extrêmement stupide, soit c’est extrêmement intelligent, car quoi de mieux qu’un enième scandale politique que le pouvoir ignorera, que la presse oubliera, mais qui aura rempli un rôle important : éviter de parler d’autre chose.
Lybie ? Côte d’ivoire ? Nucléaire ? Corruption ? Wikileaks ? Banques ? Crise de l’Euro ? Atteinte à la vie privée ? Justice cassée davantage ? Tout cela n’existe pas.

La presse pressée
La presse est en crise. Son modèle économique ne marche plus. L’information est partout. L’information est gratuite. Alors on essaie de mettre des moyens pour aller plus vite que la lumière, passant d’un sujet banal à un autre encore pire.
La presse qui est un des premiers remparts contre le pouvoir exécutif est absente dans ce flux d’informations, ces bruits incessants.
Elle ne joue plus son rôle et se cache derrière de faux prétexte comme le piratage ou la génération des jeunes qui ne veulent pas payer, car habitués à ne pas le faire. Sur la presse, il y a un article intéressant en anglais par Mandy Brown : On the news.
Pour résumer :

People—myself included—frequently part with their money on the web, but only when it’s easy. If iTunes has taught us anything, it’s that easy beats free.

La presse ne joue plus son rôle celui d’informer et non me fournir des informations. Celui de synthétiser, analyser, investiguer, expliquer. Quitte à prendre position en l’assumant.

La justice cassée
La presse ne jouant plus son rôle. Quels sont alors les remparts contre un pouvoir autoritaire ? La justice, déjà limitée, est cassée davantage.
Aujourd’hui, il suffit d’un décret pour enfreindre le principe numéro un d’une société démocratique, celui de la liberté. Faut il compter sur des entreprises comme Google ou Facebook pour qu’elles soient les gardiens de liberté ?
Le pouvoir législatif est plus prompt à voter des augmentations d’indémnité plutôt que de bloquer des lois liberticides, empêcher des réformes injustes et des passe droit inacceptables ou interdire de nouvelles guerres humanitaires.
Faut il compter sur des institutions supra nationales pour rappeler à l’ordre le gouvernement et ses institutions ?

La société ouverte et ses nouveaux ennemis
A chaque scandale politique, un seuil est dépassé. Et certaines choses pourries sont acceptées.
Il me semble que les dérives actuelles sont les signes d’un mal profond et un rappel de l’importance de la liberté et des enfreintes quotidiennes à la démocratie et à l’égalité de tous.
Un changement dans les institutions françaises me semble nécessaire, car certains royaumes semblent maintenant plus républicains que la république française.

 

Ce billet était un commentaire sur leblase.net

Publié dans Explorations politiques | Mots-clefs : , , , , , | Commentaires fermés

Before I die, I want to …

Art project

Publié dans Citation, Explorations graphiques | Commentaires fermés

Google et Facebook portent plainte

Une vingtaine d’entreprises sur le WEB portent plainte contre un décret les obligeant à garder des informations personnelles et détaillées sur leurs utilisateurs : nom, prénom, adresse postale, téléphone, email et bien sûr le mot de passe ainsi que les données permettant de le vérifier ou de le modifier. Dépêche AFP

Ces informations doivent être conservées pendant un an et peuvent leur être réclamées dans le cadre d’enquêtes de la police, de la gendarmerie, de la répression des fraudes, de la douane, du fisc ou encore de l’Urssaf.

Les services concernés sont très larges : les services d’Email, les réseaux sociaux (Facebook), les sites de vidéos (Youtube, Dailymotion), les sites de vente en ligne et enchères.
Bien sûr, si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à craindre.

Publié dans Explorations politiques | Mots-clefs : , , | Commentaires fermés

I don’t like honors – Richard Feynman

For my friend lbadikho

Publié dans Explorations politiques | Mots-clefs : | Commentaires fermés

Destruction créatrice

Creative Destruction ?, by James Surowiecki.

That may seem hard to reconcile with the scale and the scope of the devastation. But, as the economists Eduardo Cavallo and Ilan Noy have recently suggested, in developed countries even major disasters “are unlikely to affect economic growth in the long run.” Modern economies, it turns out, are adept at rebuilding and are often startlingly resilient.

The quintessential example comes from Japan itself: in 1995, an earthquake levelled the port city of Kobe, which at the time was a manufacturing hub and the world’s sixth-largest trading port. The quake killed sixty-four hundred people, left more than three hundred thousand homeless, and did more than a hundred billion dollars in damage (almost all of it uninsured). There were predictions that it would take years, if not decades, for Japan to recover. Yet twelve months after the disaster trade at the port had already returned almost to normal, and within fifteen months manufacturing was at ninety-eight per cent of where it would have been had the quake never happened. On the national level, Japan’s industrial production rose in the months after the quake, and its G.D.P. growth in the following two years was above expectations. Similarly, after the Northridge earthquake, in 1994, the Southern California economy grew faster than it had before the disaster. A recent FEMA study found that after Hurricane Hugo devastated Charleston, in 1989, the city outpaced growth predictions in seven of the following ten quarters. And the 2008 Sichuan earthquake, despite its enormous human toll, may have actually boosted the economy’s growth rate.

These were all monumental catastrophes, and yet, a couple of years after the fact, domestic growth rates showed little sign that they had happened. The biggest reason for this, as the economist George Horwich argued, is that even though natural disasters destroy physical capital they don’t diminish the true engines of economic growth: human ingenuity and productivity. With enough resources, a damaged region can reconstruct itself with surprising speed. Although the Northridge quake demolished the Santa Monica Freeway, it reopened after just sixty-six days. Healthy economies are by definition adaptive: in the case of Kobe, other Japanese ports picked up the slack until it was back on line. And, because governments generally flood disaster areas with money, there’s no dearth of cash for new investments.

Publié dans Non classé | Mots-clefs : , , , | Commentaires fermés

« If you pay peanuts, you get monkeys »

Un article du Wall Street Journal sur la situation des diplômés dans le marché d’emploi indien.
Des leçons à apprendre pour certains gouvernements ?
Extrait :

But 75% of technical graduates and more than 85% of general graduates are unemployable by India’s high-growth global industries, including information technology and call centers, according to results from assessment tests administered by the group.

Publié dans Liens du matin | Mots-clefs : , , , , , | Commentaires fermés

Tim Harford – TEDx Warwick

Tim Harford, Undercover Economist

Publié dans Explorations économiques | Mots-clefs : , , , , , , | Commentaires fermés