+ La société ouverte et ses nouveaux ennemis

Médiapart vient de publier une enquête sur une dérogation spéciale de l’Elysée pour qu’un certain nombre d’étudiants juifs puisse passer le concours des Grandes Ecoles d’ingénieur le soir.
Cette dérogation concerne une dizaine d’étudiants  pratiquants et voulant célébrer la Pâcques juive (Pessah).
Médiapart souligne plusieurs points :
- Aucune organisation juive n’a demandé cette dérogation, elle semble être seulement pour un obligé
- Les jours concernés ne sont pas comptés dans les jours religieux en France et ne sont même pas fériés en Israel.
- Le moment politiqe est stupide (c’est un euphémisme) au milieu d’un ridicule débat sur la laïcité, et une loi discriminant, dans un jargon juridique, une infime partie de la population : les femmes avec le niqab, burqa et les superhéros : Batman, Spiderman, Iron Man et Captain America. (Wonder woman ne cachant pas grand chose :) )

Cette enquête, si elle s’avère vraie, me rend perplexe. Soit c’est extrêmement stupide, soit c’est extrêmement intelligent, car quoi de mieux qu’un enième scandale politique que le pouvoir ignorera, que la presse oubliera, mais qui aura rempli un rôle important : éviter de parler d’autre chose.
Lybie ? Côte d’ivoire ? Nucléaire ? Corruption ? Wikileaks ? Banques ? Crise de l’Euro ? Atteinte à la vie privée ? Justice cassée davantage ? Tout cela n’existe pas.

La presse pressée
La presse est en crise. Son modèle économique ne marche plus. L’information est partout. L’information est gratuite. Alors on essaie de mettre des moyens pour aller plus vite que la lumière, passant d’un sujet banal à un autre encore pire.
La presse qui est un des premiers remparts contre le pouvoir exécutif est absente dans ce flux d’informations, ces bruits incessants.
Elle ne joue plus son rôle et se cache derrière de faux prétexte comme le piratage ou la génération des jeunes qui ne veulent pas payer, car habitués à ne pas le faire. Sur la presse, il y a un article intéressant en anglais par Mandy Brown : On the news.
Pour résumer :

People—myself included—frequently part with their money on the web, but only when it’s easy. If iTunes has taught us anything, it’s that easy beats free.

La presse ne joue plus son rôle celui d’informer et non me fournir des informations. Celui de synthétiser, analyser, investiguer, expliquer. Quitte à prendre position en l’assumant.

La justice cassée
La presse ne jouant plus son rôle. Quels sont alors les remparts contre un pouvoir autoritaire ? La justice, déjà limitée, est cassée davantage.
Aujourd’hui, il suffit d’un décret pour enfreindre le principe numéro un d’une société démocratique, celui de la liberté. Faut il compter sur des entreprises comme Google ou Facebook pour qu’elles soient les gardiens de liberté ?
Le pouvoir législatif est plus prompt à voter des augmentations d’indémnité plutôt que de bloquer des lois liberticides, empêcher des réformes injustes et des passe droit inacceptables ou interdire de nouvelles guerres humanitaires.
Faut il compter sur des institutions supra nationales pour rappeler à l’ordre le gouvernement et ses institutions ?

La société ouverte et ses nouveaux ennemis
A chaque scandale politique, un seuil est dépassé. Et certaines choses pourries sont acceptées.
Il me semble que les dérives actuelles sont les signes d’un mal profond et un rappel de l’importance de la liberté et des enfreintes quotidiennes à la démocratie et à l’égalité de tous.
Un changement dans les institutions françaises me semble nécessaire, car certains royaumes semblent maintenant plus républicains que la république française.

 

Ce billet était un commentaire sur leblase.net

Cet article a été publié dans Explorations politiques avec les mots-clefs : , , , , , . Bookmarker le permalien. Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez faire un trackback : URL de trackback.