A propos du mouvement 20 Février

Depuis quelques jours, un mouvement est né et est entrain d’être organisé dans les réseaux sociaux, le Mouvement du 20 Février. Ce dernier incite les jeunes marocains à manifester en masse le Dimanche 20 Février pour exiger des réformes démocratiques concrètes et faire entendre certaines revendications.

Voici la liste de ces revendications :

  • Annuler la Constitution actuelle, et nommer une commission fondatrice parmi des compatriotes intègres et qualifiés, qui établirait une nouvelle Constitution remettant la royauté à sa place naturelle.
  • Dissoudre le Parlement, le gouvernement et les partis politiques qui n’ont contribué qu’à la corruption politique.
  • Prendre des mesures concrètes et tangibles pour soulager les souffrances du peuple marocain, et créer un fonds d’urgence pour compenser le chômage.
  • Libérer tous les détenus politiques.
  • Nommer un gouvernement intérimaire qui ferait les tâches de gestion temporairement, en attendant la mise en place de la Constitution et le consensus des factions non corrompue et des institutions sur les mesures à prendre, dans le cadre du nouveau contrat social entre la royauté et la société.

Je tiens d’abord à préciser que je ne suis pas d’accord avec certaines revendications pour plusieurs raisons circonstancielle et idéologique.

Toutefois, je suis étonné par un mouvement, qui me semble encore plus important, celui qui s’oppose à cette manifestation, farouchement.

Pour le moment, certains partis comme Authenticité et Modernité (proche du pouvoir) ou  Justice et Développement, se sont officiellement opposés à  ce mouvement; le ministère de l’Intérieur somme, d’une certaine manière, les autres partis politiques à se prononcer sur ce mouvement #20Fev #Feb20, et essaierait de museler certains organisateurs de cette manifestation. Il y a enfin de simples citoyens marocains qui sont farouchement contre ce mouvement pour divers raisons, des plus loufoques comme le fait d’être à la solde d’une entité ennemie aux plus sincères, une crainte de dérapage ou une opposition sur la forme d’expression de ces revendications.

Ne pas être d’accord avec les revendications n’est pas une raison pour essayer d’empêcher ces jeunes, assez courageux pour exprimer leur ras-le-bol à visage découvert, d’aller manifester.

Je souhaite montrer pourquoi il faut au contraire encourager ce mouvement et pour quelles raisons les arguments contre ne tiennent pas debout.

Liberté d’expression

Un principe simple. Les gens ont le droit d’exprimer leurs avis même si ils peuvent sembler extrêmement stupides. C’est un droit :  si quelqu’un a le droit de dire quelque chose de stupide, j’ai le droit d’exprimer et de qualifier cette chose de stupide et non l’en empêcher.  C’est beaucoup plus sain et c’est ce qui permet d’avancer. L’État marocain a montré qu’en empêchant les gens de s’exprimer, il devient peu crédible.

Dangerosité et Risque de dérapage

Certains justifient leurs oppositions à ce mouvement sous prétexte que c’est dangereux, car ce sont des jeunes, qui ne comprennent rien et qui peuvent être manipulés par des forces ayant leurs propres agendas. C’est non seulement un procès d’intention mais en plus une insulte à l’intelligence de toutes les personnes qui participent à ce mouvement.  Est ce que ces personnes sont stupides pour ne pas comprendre que le Maroc souffre de la corruption à la petite échelle ? Est ce que ces personnes n’ont pas la capacité d’analyser qu’ils sont des laissés pour compte dans le tournant économique pris par le Maroc ? Est ce que ces personnes ne sont pas aptes pour constater qu’il y a quelque chose de pourri dans ce Maroc des années 2000 ?
Personne ne détient la connaissance absolue, encore moins les technocrates qui décrètent l’avenir des millions de jeunes par des choix assez souvent stupides.
Ce mouvement n’est pas dangereux, ces jeunes ne sont pas des débiles qu’on manipule.

A l’argument du danger de ce mouvement s’ajoute celui du risque de dérapage, à savoir que ces manifestations programmées peuvent tourner en quelque chose de violent. L’histoire, malheureusement, n’est pas en faveur de ceux qui tiennent ce discours. Les dérapages viennent souvent des forces de l’ordre qui tabassent aveuglément les manifestants et parfois mêmes les malchanceux passants : il suffit de siroter un café en face du Parlement à Rabat pour constater ces tristes scènes quotidiennes. De plus, si certains ont sincèrement peur de dérapages, ils devraient pousser le ministère de l’intérieur à encadrer pacifiquement le mouvement et empêcher d’éventuelles dérapages. Personnellement, je fais confiance aux participants et différents militants pour faire ce travail, et calmer les ardeurs des plus anarchistes.

La méthode n’est pas bonne

Certains justifient leur opposition à ce mouvement car la méthode utilisée, manifester, n’est pas la bonne solution pour déclencher des changements nécessaires. Ils poussent plutôt à une démarche qui rentre dans un processus démocratique, à travers les partis et les urnes.

Pour le dire clairement, cet argument ne tient pas debout. Le Maroc n’est pas un pays démocratique; il est plutôt dans une éternelle transition démocratique. La désaffection des urnes lors des récentes élections montrent à quel point les citoyens ne croient absolument pas en leur utilité.  Les mouvements de transhumance des députés entre les différents partis sont non seulement un faute au niveau du droit, mais également une insulte envers les rares personnes qui ont voté et donné leur confiance à ces députés. Que valent donc les promesses électorales d’un député si celui ci peut changer de parti pour créer des équilibres partisans ? Que valent les promesses électorales si le premier ministre dit au lendemain de son choix que son programme est celui de Sa Majesté ?

Et puis l’opposition de deux partis majeurs du paysage politiques à  ce petit mouvement sans aucune tentative de canalisation est une preuve que les partis politiques ne prennent pas au sérieux ces jeunes.

Alors n’insultons pas leur intelligence en leur disant que les processus démocratiques sont le seul moyen pour faire entendre leurs revendications. Comme tout citoyen marocain, ils sont conscients que seul le Roi détient le pouvoir pour initier le changement au Maroc et ils veulent jouer cette carte : manifester pour que le Roi entende leurs doléances et initie quelques changements , et non signaux, sérieux.

D’autes problèmes sont plus importants…

La fragilité du pays à cause du dossier du Sahara ne doit pas être accentuée par cette manifestation qui risque de déraper avec des casseurs. Le Maroc devrait au contraire rester uni.
L’argument du Sahara est une honte. Si chaque marocain patriote est conscient de l’importance de ce dossier et de la marocanité de ces territoires, cela n’est absolument pas une raison pour que les voix différentes se taisent. Cet argument a été longuement utilisé et il ne tient plus debout. Accepter que des jeunes se manifestent et expriment des revendications osées est au contraire un signal fort, que le pays change vraiment, qu’il y a un nouveau consensus basé sur la liberté.

Enfin, je souhaite rappeler que les manifestations sont légions dans les pays de longue tradition démocratique et qu’ils sont les seuls moyens, avec la désobéissance civile, pour que le peuple s’exprime quand ses représentants déçoivent.

Cet article a été publié dans Explorations politiques avec les mots-clefs : , , , , . Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.

11 commentaires

  1. mohammed
    Le 15 février 2011 à 19 h 44 min | Permalien

    le problème n’est pas la manifestation mais ceux et celles qui sont derrière et qui ne valent pas un clou de sincérité

  2. Le 15 février 2011 à 20 h 02 min | Permalien

    D’autant que chacun a en mémoire la preuve que les manifestations sont le meilleur moyen de faire bouger les chose (Tunisie, Egypte).
    Les pouvoirs au Maroc auront-ils compris pour leur part de quel côté la balance est en train de changer, ou va t’il se terrer dans l’attitude proprement meurtrière de l’Iran ou de Bahrain?
    J’espère pour ma part que, pour une fois, les autorités françaises sauront envoyer le bon message à leur partenaire.

  3. meriem
    Le 16 février 2011 à 9 h 09 min | Permalien

    « le problème n’est pas la manifestation mais ceux et celles qui sont derrière et qui ne valent pas un clou de sincérité »

    Personne n’est « derrière ». C’est un mouvement organique.

  4. Marie-Thérèse
    Le 17 février 2011 à 7 h 22 min | Permalien

    « le seul moyen » ? pas vraiment. La première chose dans les pays démocratiques c’est de voter. cad 1) Aller voter 2) Changer son vote si on n’est pas contents.

    ça ne marche pas toujours, je suis bien d’accord. Mais c’est le premier moyen en démocratie.

  5. Le 17 février 2011 à 13 h 19 min | Permalien

    Le truc c’est que nous ne sommes pas en démocratie.

  6. karimch1
    Le 17 février 2011 à 19 h 04 min | Permalien

    J’ai eu du temps pour réfléchir et réorganiser mes idées.
    Je pense qu’un aspect n’a pas encore été traité par les nombreux blogueurs et autres sur le mouvement anti 20-Février. Il s’agit du fait que les marocains ne se reconnaissent pas dans les schémas tunisiens et égyptiens où le changement qui a eu lieu a uniquement touché la tête de régime. Ils ne se reconnaissent pas dans la sortie par la petite porte, ou plutôt dans la poubelle de l’histoire comme le disent Al Jazeera des chefs de l’état.
    C’est pour cela que la plupart des sites anti-marche portent le roi en tête de gondole, et réagissent par rapport aux expériences algériennes et tunisiennes moins par rapport au vrai message porté par les marcheurs. Ceci est exacerbé par le fait que le marocain, 1 pense qu’il est unique dans le monde arabe, 2 par les évènements de Novembre dernier (la marche de 1m de marocains sur Casa), 3 par le fait que le mouvement a été récupéré par tout ce que le Maroc compte d’ennemis, et par tout ce que le Maroc compte de mauvais amis et 4 par le fait que quoiqu’on dise le Maroc est clairement plus libre que les pays de la région, ou du moins les Marocains le pensent 5 par le fait que les demandes des marcheurs sont trop hétéroclites pour rassembler les marocains comme l’ont été les mouvements Dégage et Irhal, elles ont encore besoin d’être travaillées au niveau politique
    Something is lost in translation

  7. ali
    Le 17 février 2011 à 19 h 56 min | Permalien

    sans securite sosiale on ne peut jamais se sentir tranquile quelque soit la façon dont l’etat veut gerer la situation ,tant la strategie et la planification est inexistant il faut jamais s’attendre a on calme sociale.

  8. Le 18 février 2011 à 11 h 28 min | Permalien

    je suis contre car j aime mon roi et j ai confiance en lui !!!!!

  9. Le 18 février 2011 à 19 h 54 min | Permalien

    les jeunes ont la parole.le roi vout ecouteras sans aucun doute. vive le roi et vivent les jeunes.

  10. sanae
    Le 19 février 2011 à 19 h 59 min | Permalien

    bon je suis contre tout mouvement , vous savez pourquoi, c simple il ne faut jamai laisser la porte ni les oreilles ouverts aux intrus, et je suis sur que vous les connaissez ceux qui sattendent a notre destruction, malgres ts nos defauts on estbien bien meilleures que ts es autres, notre pays prospere, n’est pas comme l’egypte qui a recule plus de 30annees en arriere ni la libie ni comme lalgerie, ni comme les roix du petrole, on est bien plus des citoyens qui aiment leur rois qui n’est pas pas nee d’hier depuis des dynasties. il nous aiment eton l’aime. rester vigilant et n’entammez rien qui provoquera notre separation et fractions svp a tous et a toute.

  11. mery
    Le 19 février 2011 à 22 h 57 min | Permalien

    Le Maroc est un pays de droit et de démocratie mieux que les pays voisins.
    D’accord pour une marche pacifique main dans la main, unis, mais pas dans ce climat géopolitique sensible; le Maroc a besoin de nous, et nous avons besoin d’un Maroc stable.
    Le changement doit commencer par notre quotidien, changer nos comportements, inculquer le civisme à nos enfants et arrêter de pleurer sur nos sorts car nous sommes les responsables de tous ce qui se passe.
    Participant aux votes au lieu de rester chez soi et critiquer après sera un bon départ ;
    N’oubliez pas que notre Roi a fait beaucoup de choses pour nous les Marocains ; au bout de 11 ans de règne notre sentiment s’est amélioré, et comme vous le savez le changement ne vient pas d’un seul coup.
    Prenant confiance à notre monarchie Alaouite, à l’intelligence de nos citoyens et aux compétences des compatriotes nous irons loin ensemble. I l n y aura pas d’avenir sans notre cher Roi .

Un trackback

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Souwelni, Zouhair, CJDM, Taher ALAMI (STAR), Karim and others. Karim said: A propos du #fev20 http://kingstoune.com/?p=184 jeu set et match :) [...]